Forum de France Acouphènes Index du Forum
Site de France Acouphènes
FRANCE ACOUPHÈNES - 92, rue du Mont Cenis - 75018 PARIS
Site : http://www.france-acouphenes.org - Courriel : secretariat@france-acouphenes.org

 ChatChat  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Pour vos achats, pensez à utiliser le lien Amazon en page d'accueil du site.
N'oubliez pas non plus les CD audios vendus par l'association.
A imprimer et distribuer : Affiche FA - Dépliant Acouphènes - Dépliant Bruit/Prévention

Paralysie faciale

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum de France Acouphènes Index du Forum -> Neurinome de l'acoustique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Coocky
AdministrateurFA
AdministrateurForum


Inscrit le: 07 Aoû 2004
Messages: 4386
Localisation: Alès (Gard)

MessagePosté le: Dim 29 Oct 2006 19:48    Sujet du message: Paralysie faciale Répondre en citant

Après une opération d'un neurinome de l'acoustique une paralysie faciale peut survenir.

Ci dessous quelques infos et liens.




LA PARALYSIE FACIALE :

La paralysie faciale est la paralysie des muscles qui sont innervés par le nerf facial, appelé également septième paire crânienne.

http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/paralysie-faciale-7759.html




REEDUCATION DES PARALYSIES FACIALES :

La paralysie faciale provoquée par la chirurgie du neurinome de l'acoustique est ressentie comme la séquelle la plus invalidante ; elle peut constituer parfois un véritable handicap physique, psychologique et social. La rééducation est peu développée en France ; elle est pratiquée par les kinésithérapeutes, orthophonistes et parfois médecins rééducateurs.

La gravité de la paralysie dépend de la souffrance du nerf facial au moment de l'intervention. Lorsqu'un faisceau suffisant de fibres motrices est préservé, la paralysie récupère assez vite avec peu de séquelles. Souvent, une rééducation n'est pas nécessaire. Parfois, la lésion est plus étendue et la paralysie est longue à récupérer (les premiers mouvements apparaissent en moyenne entre 4 et 6 mois après l'intervention) et il existe souvent des séquelles qui sont généralement un manque de force motrice et des contractures post-paralytiques.

Les premiers signes de récupération motrice peuvent apparaître au delà de 12 mois après l'opération, mais cela est plus rare et des examens électromyographiques sont souvent nécessaires afin d'objectiver un début de ré-inervation. Lorsque la souffrance du nerf a été trop importante, la paralysie est définitive et il se présente alors deux choix chirurgicaux :

- la greffe hypoglossofaciale qui permet d'espérer une récupération de l'activité des muscles faciaux,

- la myoplastie d'allongement du muscle temporal ou du masséter qui permet de réanimer le sourire.

Toute prise en charge rééducative nécessite une évaluation clinique précise. Il existe une classification internationale : la classification de House, qui détermine la gravité de la paralysie selon 6 grades mais celle-ci n'est pas suffisamment précise pour le rééducateur.

Une évaluation complète comporte un interrogatoire précis, l'examen des sécrétions, de la sensibilité, des mimiques, de l'articulation, de la déglutition, du tonus et de la force musculaire (cotation de 0 à 3). Il est souvent complété par une électromyographie de surface (bio-feed-back), qui consiste à appliquer des électrodes sur les muscles, puis visualiser sur un écran et contrôler par un signal sonore l'activité au repos et en mouvement. Cet examen est pratiqué par le rééducateur et l'appareil est très utile en rééducation. II est souvent souhaitable de coupler l'évaluation clinique et les premiers mois de la rééducation à des examens électromyographiques (EMG) pratiqués par des neurologues dans les unités d'explorations fonctionnelles.

Ces examens peuvent donner des informations précieuses sur la reprise de l'activité, le réflexe de clignement, d'éventuelles repousses anarchiques qui favoriseraient l'apparition de contractures, un manque d'homogénéité entre les territoires inférieur et supérieur... Il est préférable de pratiquer l'EMG dans un service spécialisé sur l'exploration des muscles faciaux. Cette conception sur 1e couplage rééducation/EMG ne fait pas l'unanimité et donne lieu à des débats.

La séquelle la plus fréquente et la plus invalidante, dans le cadre des interventions de neurinomes de l'acoustique, reste la contracture post-paralytique ou la syncinésie œil/bouche. Une motricité faciale qui ne récupère qu'à 50 % mais sans spasmes demeure tout à fait suffisante pour la restauration de la symétrie, de la mimique et de l'expressivité. Le rééducateur et le patient doivent le plus tôt possible veiller à éviter - ou du moins limiter l'apparition de syncinésies. Pour cela, un travail précoce est souhaitable, même lorsqu'il n'existe aucune mobilité. Tout travail en force doit être proscrit. Au début on recherche l'équilibre du visage au repos et durant la parole ; le tonus du côté sain doit rester normal. Les applications de chaleur, de vibrations à basse fréquence (l00Hz) sont conseillées. Les stimulations électriques sont plutôt déconseillées dans le cadre des neurinomes car elles peuvent favoriser l'apparition des contractures. II en est de même pour les massages profonds et l'on préfère des effleurages faciaux. Un travail tout particulier doit être pratiqué sur l'abaisseur des paupières (on favorise l'abaissement et le réflexe de clignement en bridant la paupière à l'aide de l'index au moment de la fermeture). Toute fermeture en force doit être évitée car i1 y a un risque d'envoyer des influx à la commissure des lèvres. On doit préférer 1es mouvements d'allongement des lèvres à ceux du sourire, car les muscles de la joue ont une tendance naturelle à se rétracter, ce qui risque d'augmenter au moment où le sourire réapparaît. Toute mobilisation doit être symétrique, de préférence devant un miroir et l'on cherche à séparer les territoires inférieurs et supérieurs car c'est entre ces deux zones que se créent les contractures. Tout mouvement doit être pratiqué 3 ou 4 fois, pas plus, et la contraction doit être tenue plusieurs secondes. L'auto-rééducation à domicile doit tenir compte de ces principes, d'où l'importance d'effectuer au moins une évaluation qui donnera lieu à des conseils. La rééducation avec l'aide d'un bio-feed-back est très utile ; elle reste le moyen le plus objectif d'apprécier la force musculaire et de contrôler les syncinésies, surtout celles provoquées par la fermeture de l’œil, grâce au signal sonore.

Pour les personnes ayant bénéficié d'une greffe hypoglossofaciale, le début de la rééducation porte sur la mobilisation de la langue, afin d'activer la suture entre le nerf de la langue et le nerf facial. Après quelques mois, il faut cesser cette mobilisation active et démarrer une rééducation de la face indépendamment des mouvements de langue, afin de restaurer l'autonomie du visage. Ceci permet de limiter les syncinésies entre la déglutition et les muscles faciaux, phénomène fréquent et très invalidant.

Enfin, la chirurgie réparatrice comme les myoplasties d'allongement ou les autoplasties palpébrales donnent lieu à de la rééducation, afin de travailler sur les sutures, les adhérences cutanées, le contrôle de la contraction du muscle allongé. L'utilisation du vibrateur à infrasons est très utile dans ces cas.


Source : http://home.tiscali.be/jeanpierre.brixy/


.............



NERFS CRÂNIENS

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nerf_crânien


...........




CLASSIFICATION DE LA FARALYSIE FACIALE :

http://home.tiscali.be/jeanpierre.brixy/


.....



KINÉSITHÉRAPIE MAXILLO-FACIALE

L’articulation temporomandibulaire (ATM), tout comme n’importe quelle autre articulation, peut-être le siège de dysfonctionnements. La perturbation de la fonction de celle-ci peut survenir à la suite de dérangements intra-articulaires et de dérangements musculaires eux-même liés à des parafonctions ou des perturbations de l’équilibre occlusal.

Toute la région orofaciale peut aussi être le site de traumatismes directs nécessitant une prise en charge chirurgicale demandant inévitablement une prise en charge kinésithérapeutique afin d’éviter ou de limiter le plus possible les séquelles fonctionnelles (limitation d’amplitude de mouvement, paralysie faciale).

La rééducation maxillo-faciale a pour but de restaurer le jeu articulaire, de récupérer la trophicité et la fonction musculaire afin de retrouver non seulement les fonctions de mastication et de déglutition normales mais aussi, dans certains cas, les fonctions de phonation.

Dans un premier temps, un examen physique sera réalisé de façon objectiver et à évaluer les déficits fonctionnels du patient ; un bilan sera établi afin d’orienter ou de justifier le traitement de rééducation.

Cet examen physique comportera différentes batteries d’évaluation :

Examen de la mobilité articulaire
Examen palpatoire et objectivation des sites douloureux
Bilan musculaire
Bilan fonctionnel cervical
Les moyens de rééducation utilisés sont ceux classiquement employés en kinésithérapie pour d’autres régions, à savoir les techniques de tissus mous (ponçage, effleurage, pression), les étirements, les mobilisations, la rééducation des fonctions musculaires (de la mastication, de la phonation). Néanmoins, la physiologie articulaire de l'ATM lui confère des particularités biomécaniques que le thérapeute doit impérativement connaître pour assurer une prise en charge thérapeutique optimale.



source : http://www.ulb.ac.be/erasme/fr/services/paramed/kine/secteurs/secteur_cral/Atm/knatm.htm


...........


SOINS

Comme pour toute paralysie faciale, il faut en outre :

- Surveiller l'oeil : risque de kératite par lagophtalmie : pommade, fermeture
de l'oeil, au besoin tarsorraphie, ou injection de toxine botulinique dans le
muscle releveur de la paupière.
- Faire pratiquer par le malade ou mieux le kinésithérapeute des massages
et des mouvements faciaux pour maintenir le tonus musculaire. ( Pas
d'électrothérapie en raison d’un risque d’aggravation vers le spasme de
l’hémiface).

http://www.orl-france.org/enseignement/Les%20cours/Question326/Q326.pdf


........
_________________
Smile Coocky
Mon témoignage
Merci d'adhérer à France Acouphènes, notre association a besoin de vous pour pouvoir mieux vous aider
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur Adresse AIM MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum de France Acouphènes Index du Forum -> Neurinome de l'acoustique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com